Le metal spot est excellent sur les Bonites

Bonites au Broumé #15

Pour la deuxième année consécutive, les bonites se font désirer en saison et, à l’heure où les moulinets devraient chanter en s’échauffant, rien ou presque ne se passe… 

Dernière mise à jour le 18 décembre 2018

1

Mais où sont donc les bonites ?

Planier, Cassidaigne, La Ciotat, ... Aucun des bons postes à bonites ne sort du lot et il semble que le constat soit identique tout au long des côtes méditerranéennes.  Les bonites, si nombreuses par le passé, auraient désertées leurs zones d’évolution habituelles ? C’est assez peu probable pour des poissons pélagiques. Peut-être que les bonites ne sont plus toutes seules sur leurs zones de chasse ? Ne seraient-elles pas devenues les proies de prédateurs encore plus gros ?

2

Les thons chasseraient-ils les bonites ?

C’est une hypothèse qui commence à émerger parmi les pêcheurs plaisanciers qui constatent que les prises de bonites se raréfient tandis que les observations et les prises de thonidés au tout petit large se multiplient. Les quotas de pêche imposés aux pêcheurs professionnels expliqueraient ce foisonnement inhabituel de thonidés dans les eaux côtières. Avant, il arrivait parfois de toucher un thon en pêchant la bonite, mais il semblerait que depuis deux ans, que ces prises accidentelles deviennent de plus en plus fréquentes. Il ne s’agit pas d’affirmer que les thons, beaucoup plus nombreux à la côte depuis deux ans, ont mangé toutes les bonites…Par contre, ils évoluent certainement sur les mêmes postes que les pélamides et les dérangent nécessairement même sans forcément les chasser.

Cette seule hypothèse permettrait d’expliquer la médiocrité des deux dernières saisons de pêche à la bonite. Avec des thons en maraude sur zone, il va sans dire que les bonites, si elles n’ont pas toute désertées la zone à vive allure, doivent plutôt se trouver sur la défensive qu’en situation de chasse ou de quête alimentaire. Et il n’est pas besoin de thons géants pour produire de tels effets : des passages de thons rouges ou blancs de 20 à 30 kg suffisent amplement à refroidir nos amies les bonites.

3

Conseils et recommandations pour piquer des bonites en conditions de pêche difficiles

Quelques conseils de spécialistes pour vous aider à tirer le meilleur parti de vos sorties au broumé en conditions de pêche difficile. Poissons gavés, trop sollicités, dérangés par des espèces prédatrices, des bateaux trop nombreux (on compte parfois une centaine d’embarcations sur les bons postes en saison). Un certain nombre de paramètres peuvent stresser les poissons, les rendre plus méfiants et plus délicat à décider. Quand les poissons sont épars ou peu nombreux, la discontinuité de la chaîne du broumé est primordiale dans la réussite de la pêche. C’est la trace du broumé qui va permettre aux bonites de remonter sur les lignes. Quand les touches se font rares, le rythme du broumé devient primordial et l’amorçage doit s’effectuer sans ruptures et le plus régulièrement possible. Dans ces conditions, le broumégeur automatique au manuel s’impose pour la mise en place d’une trace d’amorce optimale. Hyper pratiques quelles que soient les conditions de pêche, les broyeurs de sardines SARDAMATIC se révèlent de formidables alliés lorsque les bonites se montrent tatillonnes. Ils permettent en effet un amorçage d’une régularité parfaite (pour les modèles manuels, il faudra tout de même tourner la manivelle à intervalles réguliers) indispensable pour établir un broumé continu et efficace sur la durée.

4

Des montages discrets et légers pour mieux pêcher

Sur le plan technique, les petites bouchées ont la préférence des bonites en conditions de pêche difficiles. Privilégiez donc les petits morceaux de sardines piqués sur un hameçon Circle Hook qu’on montera sur un bas de ligne en fluorocarbone de 24 à 30/100 de diamètre. Les petits appâts suivent mieux la trace du broumé que les sardines décapitées alourdies par un hameçon triple : c’est sur ce type de petit détail que se joue parfois la réussite.

De plus l’eschage de la sardine se trouve facilité avec les circle hook puisque les petits morceaux sont juste piqués. Plus besoin de détacher les bas de ligne pour enfiler les sardines à l’aiguille donc. On gagne en rapidité avec des montages plus simple et plus rapide à réaliser (que les bas de ligne mixtes par exemple avec le brin de tresse sur le triple).

5

Pêche à dérouler - Technique du circle hook

L’idéal est de pêcher canne en main, à dérouler, en s’efforçant de lâcher son fil, pick-up ouvert ou bobine débrayée, au rythme du courant. Après avoir déroulé une centaine de mètres de ligne, on remonte doucement l’appât pour le relancer ensuite dans la veine du broumé. C’est la technique reine des jours de pêche difficiles.

Le bas de ligne en fluorocarbone doit mesurer un mètre au minimum si vous pêchez avec du nylon sur le corps de ligne (30/100 maximum pour pêcher la bonite au broumé) et trois ou quatre mètre si vous optez pour de la tresse multi filament sur le moulinet. Dans ce cas de figure, on reliera le fluorocarbone à la tresse par un nœud de raccord type albright, pour pouvoir rembobiner la ligne jusqu’au bout de la bagarre. Avec du nylon comme corps de ligne, on pourra utiliser un micro émerillon d’une résistance adaptée (évitez les modèles bas de gamme) pour relier le bas de ligne en fluorocarbone.  Pour la réalisation des bas de ligne, nous vous recommandons particulièrement le fluorocarbone Seaguar, la référence pour toutes les pêches difficiles.

À la touche, ne ferrez surtout pas si vous utilisez des circle hook. Cet hameçon auto ferrant se pique tout seul sur simple mise en tension du fil en opposition à la traction du poisson. Neuf fois sur dix, le poisson est crocheté sur le bord des lèvres ce qui permet au bas de ligne d’éviter tout contact avec les dents de la bonite.

Bien sûr, si votre poste reçoit la visite de bancs de thons, petits ou gros, en cours de pêche, vous aurez bien du mal à toucher des bonites… Si vous vous laissiez tenter par un lancer de leurre ou une grosse sardine piquée sur un montage puissant, sachez que la pêche du thon est interdite sans autorisation (voir notre article sur la réglementation 2010 de la pêche du thon rouge) et que si vous en capturez un sans le faire exprès, il faudra nécessairement le relâcher en prenant soin de ne pas l’embarquer pour le décrocher.

© Top Fishing, T: 04 42 10 93 20 - Les Terrasses du Port - 13960 Sausset-les-Pins (France) - N°Siret 40210676900010