Les petits hameçons ronds sont au top pour les sparidés

Pêche des sparidés (partie 2) #20

Plus confidentielle et technique que la pêche des pageots en dérive, la pêche à la pierre se pratique au mouillage et consiste à proposer une moule entrouverte fixée sur une pierre qui fait office de lest. L’hameçon, monté en direct sur la ligne, est tricoté dans la moule fixée entrouverte sur la pierre à l’aide d’un élastique. La pierre entraîne le montage jusqu’au fond et se désolidarise de la ligne au moment de la touche ou du ferrage. Cette méthode de plombée est redoutable d’efficacité car le lest n’oppose aucune inertie sur la ligne. C’est la technique tout indiquée si vous voulez rechercher spécifiquement les daurades royales et les veyrades.

Dernière mise à jour le 18 décembre 2018

1

Un appât irrésistible sur le plus simple des montages : Une technique à l’efficacité redoutable.

Si le ver américain se révèle une valeur sûre pour pêcher le pageot en dérive, les veyrades et les dorades royales ne témoignent pas toujours le même entrain vis-à-vis de ce ver d’importation. C’est le cas notamment en situation de pêche au mouillage où les montages plombés eschés de ver américains se montrent beaucoup moins prenants que les moules présentées en coquille sur une pierre.

Il est fréquent en effet, que daurades et veyrades refusent systématiquement les vers américains présentés sur des montages plombés alors qu’elles se laissent piquer les unes après les autres à la pierre.

Cette technique ancestrale qui est la version bateau de la pêche à la moule emboitée du bord se révèle aujourd’hui encore inégalée en termes d’efficacité et de sensations en action de pêche. Pas de plomb qui parasite le travail de la ligne, un contact direct avec le poisson à la touche, au ferrage et pendant le combat… Le nec plus ultra de la pêche à soutenir en bateau : Une technique à maîtriser absolument pour pêcher les dorades régulièrement.

2

Montage et matériel pour pêcher à la pierre

La pêche à la pierre se pratique en général avec un corps de ligne mono filament Nylon de 24/100 à 28/100. L’hameçon renversé en taille 4 à 6 se monte directement sur le corps de ligne ou mieux encore sur un long bas de ligne en fluorocarbone de 18 à 22/100.

L’idéal est de réaliser l’aboutage du fluorocarbone au corps de ligne par un nœud de raccord type Albright ou baril. Le nœud qui passe dans les anneaux de la canne vous permettra de proposer de très longs bas de ligne en fluoro (certains pêcheurs pratiquent avec des bas de ligne fluorocarbone de 4m de longueur).
Le matériel est similaire à celui qui est utilisé pour pêcher à soutenir à savoir une canne à buscle de 2m70 à 3m associée à un moulinet léger disposant d’un ratio élevé (90 cm au tour de manivelle est un minimum pour pêcher sur des fonds d’une soixantaine de mètres). Privilégiez les moulinets de qualité dotés de freins précis et réguliers, indispensables pour bagarrer de grosses pièces sur des fils très fins sans se faire casser.

3

Un eschage délicat à réaliser et à mettre à l’eau :

Pour réaliser l’eschage, on décolle la chair d’une des faces de la moule entrouverte qu’on rabat sur l’autre partie de coquille. On fixe à son niveau un premier point de couture en piquant le bas de ligne sous le nerf noir en prenant soin de ne pas le décoller de la coquille.

Reste ensuite à tricoter les chairs rassemblées de manière à dissimuler l’hameçon tout en s’efforçant d’assurer la tenue de cet assemblage fragile. Avec un peu d’entraînement, cela devient vite une formalité que de réaliser des eschages qui tiennent la route. Les pierres de formes cubiques de 150 à 200 grammes et de 7 à 10 cm de côté sont les plus indiquées pour envoyer vos moules par le fond.

Une fois l’eschage réalisé on dépose délicatement la pierre à la main à la verticale du scion, pick-up ouvert, prêt à accompagner la descente de l’appât jusqu’au fond en veillant au bon déroulement du fil. Au moindre accroc ou tension sur la ligne, la moule se décroche en route et tout est à recommencer…
Une fois la pierre posée sur le fond, on reprend contact en douceur avec la moule en s’efforçant de résorber le ventre de la ligne.

L’idéal est de pratiquer canne en main pour accompagner le roulis du bateau. La ligne est maintenue en tension constante, buscle courbée, en attendant la touche. 

4

La détection des touches et le ferrage.

À la touche, le poisson engame la chair de la moule par aspiration. L’appât se désolidarise de la pierre ce qui a pour effet de détendre la ligne.

À la différence d’une touche classique qui se manifeste par une tension sur le scion, ici, c’est la remontée de la buscle en position droite qui indique qu’un poisson vient d’aspirer la moule : Ferrage immédiat ! 
C’est une technique très tactile qui demande une implication totale de la part du pêcheur : il ne faut pas quitter sa buscle des yeux et se tenir prêt à ferrer à la moindre remontée du scion. Le ferrage doit être immédiat sinon, on rate les poissons à tous les coups. 

5

Le choix du poste : Déterminant !!

Les daurades et les veyrades se pêchent à la pierre en automne et en hiver sur des fonds d’une soixantaine de mètres. Les poissons qui ont quitté les eaux côtières à la fin de l’été ont repris leur tenue hivernale au petit large et se rassemblent en compagnie importante pour le frai. Si vous ne disposez pas d’information valable, un sondeur et un gps vous seront d’une grande utilité pour localiser de bons postes à la pierre et enregistrer leurs coordonnées. Il s’agit en général de secteurs très déterminés sur lesquels il faut se mouiller très précisément pour bien pêcher. Bien souvent il s’agira d’une épave, d’un banc de roche ou encore de coquillage qui vient rompre la monotonie d’un fond sableux ou de gravière sur des profondeurs de 40 à 70 mètres… 

À vos cartes marines et vos sondeurs pour une étude approfondie de vos secteurs !!!

D’une efficacité inégalée sur les sparidés, la technique de la pierre est à maîtriser absolument pour celui qui souhaite piquer des dorades royales avec régularité en pêchant depuis un bateau. Très tactile et captivante au possible, la pêche à la pierre procure un maximum de sensations et beaucoup de belles prises : Si vous ne la pratiquez pas déjà, cette technique est à tester absolument. Essayez-la, vous nous en direz des nouvelles…

© Top Fishing, T: 04 42 10 93 20 - Les Terrasses du Port - 13960 Sausset-les-Pins (France) - N°Siret 40210676900010